AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le forum est désormais fermé.
Si vous souhaitez obtenir plus d'informations sur cette décision, rendez-vous ici.

Partagez| .

lux aeterna (samara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: lux aeterna (samara)
Jeu 17 Nov - 21:33

Samara Goldstein

- be different, be royal -

id completeSamara Elden Goldstein. âge 18 ans. date de naissance 22 Juillet 1998. lieu de naissance New York. statuten couple avec Druella . situation financière immensément riche mais l'ignore complètement. orientation sexuellebisexuel. études, boulot il a été détenu, mais il est encore lycéen. . traits de caractère Naïf, influençable, Intelligent, courageux, anxieux, introverti, enfantin. groupe mars. célébrité Dylan O'Brien.

our choices define who we are
+ Samara est prince de Danemark mais il vient juste de le savoir. + Il est très amoureux de Druella et aimerait faire le grand saut mais il n'est pas sûr de lui. + Samara a tellement peur de tout, que parfois, il fait très enfant. + Il est très proche de sa soeur jumelle et de son frère Cole, mais il se méfie des autres. + Samara a l'impression qu'il n'a plus aucun avenir et il est encore très affecté de son séjour en prison. + Samara a fait de la prison pendant près de quatre ans pour un crime qu'il n'a pas souvenir d'avoir commis. + Samara a été enlevé enfant et depuis il a peur de tout mais ce n'est pas la seule raison de ses angoisses. + Le jeune garçon va rentrer à l'université pour la première fois mais il a peur de ne pas être à la hauteur. + Samara a l'impression de ne pas être à sa place dans sa famille et n'ose pas trop agir comme eux. + Samara passe énormément de temps avec Cissady et Druella parce qu'il a confiance en elle.

quelle est la pire relation que tu ai vécu?Il n'a pas connu de relation autre que celle avec Druella qui dure depuis quelques temps. Généralement, on boudait Samara parce qu'on le trouvait trop étrange. quelle est la meilleur relation que tu ai vécu? Druella est une fille pour qui Samara a le béguin, alors sa relation avec elle est merveilleuse, magique et unique. C'est quelque chose de beau et fort à la fois. à tes yeux, quelle est la relation idéale?Une relation parfaite, honnête des deux côtés, un genre de relation qui n'existe pas ou alors que dans les livres et dans les films. Un genre de relation qui fait rêver Samara. la vie, sans amour, ce serait comment? Ça ne changerait pas grand chose pour Samara qui a connu la prison, un univers froid et dur qui a fait disparaître tout sentiment d'amour en lui et en le monde.Samara voit une vie routinière qui se résume à métro, lycée, devoir et retour à la maison. Aussi, il passe son temps à lire pour essayer de retrouver une vie plus colorée que celle qu'il a actuellement.


pseudo/prénom deathcure/pauline. fréquence de connexion 7/7j. d'où viens-tu? j'étais sur la v1. ta note? 20. ton personnage est? un inventé


Code:
<cprise>dylan o'brien,</cprise> <namep>samara goldstein</namep>



Dernière édition par Samara Goldstein le Sam 19 Nov - 12:18, édité 4 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: lux aeterna (samara)
Jeu 17 Nov - 21:34

Chapitre 1 : "Tu es la pire chose qu'il soit arrivé dans ma vie !"
"On parle toujours d'une histoire, mais l'histoire a t-elle un sens? Pourquoi et comment peut-on juger quelqu'un? A-t-on le droit de décider du destin pour l'un et pour l'autre?" Non, je ne le croyais pas. J'avais une vie détestable. Je détestais mon prénom, donné pour une mauvaise raison. Je détestais mes parents.. enfin mon père. Ma mère était tout pour moi . Bref, je m'appelais Samara Goldstein, et il est temps pour moi de vous raconter mon histoire.

Une famille normalement constituée voudrait qu'il y ait un père, une mère, un ou plusieurs enfants et un chien. Dans la mienne, y avait bien un père, une mère, un frère et deux soeurs. Mon père et ma mère m'avaient adoptés alors que je n'étais qu'un nouveau né, mais ça je l'appris que bien plus tard. Mon père ne m'aimait pas.  C'était un idiot. Je le haïssais plus que tout au monde mais je ne disais rien. Et quand Asher se moquait de moi, j'ai rien dit non plus. Mais dans ma tête, tout se mélangeait et je passais des heures à pleurer quand j'étais tout seul. J'avais alors 5 ans. 

J'allais rentrer au collège et mon père me mettait la pression pour que j'aille passer les sélections pour l'équipe de basket. Je le refusais, le sport ne m’intéressait pas. Asher se moquait déjà de moi en me traitant de "petite tapette qui allait finir dans le club d'art dramatique.." Déjà, la rage montait en moi et j'hurlais alors : 

"Tu n'es qu'un abruti Asher... Je suis pas une tapette, c'est toi la tapette!"

Avant de m'enfuir en courant dans ma chambre en sanglotant. Notre père m'avait suivi et il commença à me fâcher sur les mots employés, le ton ..etc.. alors je pris mon courage à deux mains, et je me levais, hurlant : 

"Toi aussi tu es un abruti, je te déteste! Tu es la pire chose qu'il soit arrivé dans ma vie!" 

Je partis hors de la maison pour aller me réfugier chez notre voisin, qui lui était gentil avec moi. Je pleurais souvent contre lui et il savait toujours me consoler depuis que j'étais tout petit. 

"Sammy, si on partait tous les deux.. loin de tout ça..."

C'était Mickaël qui me proposait ça. Je l'avais toujours appeler Mickey. Je ne comprenais pas trop alors j'avais dit oui. Il me fit alors monter dans sa voiture et on partit. Mais au bout d'un moment, je me rendis compte que j'avais pas prévenu ma mère que je partais. 

Mickey, j'ai pas prévenu maman...

J'avais toujours été un peu enfant dans ma tête, comme si je refusais de grandir. Surtout depuis que  mon frère et mes soeurs se moquaient de moi. Mickaël m'avait regardé et dit :

"On va leur faire une blague. C'est un jeu Sammy.. Tu es l'enchanteur de ton royaume. Et un enchanteur ça disparaît..."

Je refusais de disparaître. Mais je n'avais pas le choix, alors je pleurais en silence. De toute façon, mon père avait Asher à aimer, alors il n'avait pas besoin de moi. Mickaël continuait de conduire loin de la ville, Et je commençais à fatiguer et à avoir faim. Mais comme toujours, je n'osais rien dire. Puis, peu à peu, je m'endormis , ne sachant pas où on allait. Quand je me réveillais, j'étais dans une chambre d'hôtel. Pourtant, je gardais les yeux fermés et j'entendis :

"Je veux 10 000 dollars ou vous ne reverrez jamais votre gosse... En petite coupure.... Je vous appelle demain, pour convenir d'un rendez-vous!"

J'avais bien fait de les garder. Je fis alors semblant de me réveiller que maintenant et je regardais autour de moi. Mickaël me vit et et il lança:

"Alors l''enchanteur.. tu as vu on a changé de monde!"

Je ne répondis pas mais je fronçais les sourcils. Je n'aimais pas cet endroit, on aurait dit que c'était moisi et ça ne sentait pas très bon. Je crois qu'il avait compris que j'avais entendu Il me gifla alors en grondant que je n'aurais pas du entendre cette conversation et que je ne devais rien dire. Je devais oublier qui il était. Alors je pensais très fort que j'étais ailleurs, dans un autre monde. Je repensais à tout et à rien, j'essayais de m'évader par l'esprit. Mais tout ce que je voulais, c'était rentrer chez moi. Le lendemain matin, Mickaël avait l'air contrarié et lorsqu'il me vit, il me menaça de me tuer. Je pris peur. et j'essayais de m'enfuir. Mais la porte était fermée à clé. Je me mis alors à pleurer et je me cachais sous le lit. Quand soudain, j'entendis des coups étouffés et des cris. Je me bouchais les oreilles pour ne rien entendre. Puis soudain, ce fut le silence, je sortis de dessous le lit et je ne vis personne. Apeuré, je courus dehors, et je ne savais pas où aller. Et après tout alla très vite. Tout d'abord, le propriétaire de l'hôtel me vit tout seul et il appela la police, ma photo avait été diffusée à la télé. J'allais donc rentrer chez moi. Enfin. Mais je restais silencieux, j'avais peur de mourir alors la meilleure des solutions, c'était encore de me taire. Non, je ne savais pas qui m'avait enlevé et non, il ne s'était rien passé, car rien ne s'était passé. Avec le temps, j'oubliais cet épisode et je repensais aux cours, me concentrant de nouveau sur l'école.


Chapitre 2 : Quand on dit que la violence ne résout rien, tu sais que c'est faux...

C'était la rentrée de la deuxième année de collège. Un peu plus sûr de moi et un peu plus grande gueule, je tentais les sélections pour l'équipe de basket, mon père n'en démordait plus. Pour lui, je devenais violent et seul le sport pourrait me calmer, selon lui. Il m'avait imposé le basket car il avait peur que le foot ne me rende encore un peu plus violent. Je savais que j'étais nul en sport et que ça ne me plaisait pas. Mais je n'avais pas d'autre choix que de montrer un minimum de motivation pour être pris. 

C'était un simple match de basket. Je devais courir comme un idiot derrière un ballon et mettre des paniers. Autant demander à un manchot d'aller courir. Je fus sélectionné de justesse et j'acceptais avec soulagement un poste de remplaçant. Je préférais passer mon temps dans les livres, c'était bien plus intéressant. La vie au collège était calme, sauf quand j'allais en cours de maths. La première fois, je me fis coller, la deuxième, renvoyer de cours et la troisième fois, et pour la première fois de ma vie, mes nerfs lâchaient et je frappais le prof. en pleine figure. Ma violence était sortie. Je fus exclus du collège pour une semaine. Et le professeur me prit en grippe pour le reste de l'année, m'humiliant autant fois qu'il le pouvait. 

Mais il n'était pas question que je me démonte pour autant. Petit à petit, je me rendis compte que je partais souvent pour un autre monde. Une petite voix se moquait et disait : "l'enchanteur va disparaître". Frapper me défoulait. Enfin, je n'avais pas encore essayé sur mon  frère. A croire que je le craignais.. Ou que c'était juste le calme avant la tempête. 


Chapitre 3 : Le jour ou tout a basculé ( partie 1)
Mais un jour, en plein mois de décembre, j'en eu gros sur le coeur et pris d'un excès de rage et de folie, j'allumais un feu dans sa chambre. Et comme un enfant, je chantonnais :" Samara l'enchanteur fait de la magie et punit Asher pour sa débilité profonde.." Et j'éclatais de rire, comme si je faisais une bonne blague. Le feu se propageait mais je ne m'en rendis pas compte. Mon père rentrait plus tôt ce jour là et il me prit sur le fait. D'abord, il me gifla avant que je lui hurle à la figure qu'il n'avait pas le droit. 

"Toi aussi tu vas cramer dans le barbecue... tu n'es qu'un salaud!"

Il comprit que j'étais devenu fou. Et il m'emmena aux urgences. Je refusais d'y rester. J'étais devenu incontrôlable avant de soudainement murmurer comme un enfant :"L'enchanteur doit disparaître..."

3ème et dernière année de collège. Ouf! Je n'avais plus cet idiot de professeur de maths et ma vie reprenait son cours normal. Le basket je l'avais abandonné mais je ne l'avais dit à personne. C'était une sorte de couverture. Je me réfugiais dans mon monde, celui où j'étais le roi. Le roi d'un monde meilleur. J'avais aussi beaucoup plongé dans la lecture, surtout les tomes d'Harry Potter, je me sentais transporté dans le monde. Il était beaucoup plus beau que le mien. Le mien était noir , et d'une banalité affligeante. Celui d'Harry était déjà plus magique. La magie, que vous le croyez ou non, me réconfortait. Mais pourtant, un jour tout bascula. Alors que j'étais en train de lire à la bibliothèque, des garçons de ma classe s'approchèrent de moi, et me prirent le livre des mains. Ils étaient en train de se moquer de moi, je commençais à voir rouge. 

"hé les gars! Goldstein lit Harry Potter..Samara le grand enchanteur veut il faire de la magie?"

Piqué au vif, je m'enfuyais en courant, laissant couler mes larmes, j'allais me réfugier tout d'abord dans les couloirs avant de partir rapidement, en dehors du collège, tant pis pour les cours. Un seul mot me resta gravé en mémoire, comme si je l'avais déjà entendu : "enchanteur". Soudain, je me mis à sangloter. Ce mot me faisait peur, je devais me souvenir de quelque chose mais de quoi, je ne le savais pas. Je devais limite obsédé par ce mot. C'était comme une menace. Soudain, un coup de klaxon me sortit de ma torpeur et une douleur vive et aiguë s'installa dans mes jambes. Allongé à même le sol, le sang commençant à couler le long de mes jambes, mes sanglots s'étaient tu. J'avais du mal à distinguer ce qu'il y avait autour de moi. Petit à petit, je ne distinguais plus rien. Ce jour là, j'ai cru que j'étais mort. 

Mais je me réveillais dans une chambre d’hôpital, ma mère à côté de moi. Elle semblait tellement soulagée de me voir en vie. Moi je m'en fichais bien. Elle me demanda comment j'allais. Question stupide maman! Comment voulais-tu que j'aille, à merveille peut être? Je ressentais une douleur au niveau de ma jambe gauche, mais elle avait l'air de dire que tout irait pour le mieux. Elle avait envie de diminuer l'histoire. Tout ça pour un foutu reportage. 

Non maman, tu ne me connais pas, tu ne sais pas qui je suis. Tu crois que je suis un faible qui se laisse marche dessus par les autres. Tu crois qu' Asher est le fils parfait. Tu voudrais que je lui ressemble. Non, maman, je ne lui ressemblerais pas.. jamais... 

Ma jambe me faisait énormément souffrir mais je pouvais quitter l’hôpital. Bonne nouvelle, mais il était hors de question que je m'approche à moins de 100 mètres d'une voiture. Je pus quand même passer les examens de fin d'année mais la vie s'arrêta ici. A quatorze ans, je fus condamné à la prison à vie, échappant à la peine de mort de peu. Asher, papa, maman et Jana avaient été retrouvé morts à la maison, et moi je m'étais réveillé à côté de leurs corps, couvert de sang...


Dernière édition par Samara Goldstein le Jeu 17 Nov - 22:06, édité 3 fois

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: lux aeterna (samara)
Jeu 17 Nov - 21:36

Chapitre 4 : " Tu vois, Asher, la jalousie me pousse à vouloir te tuer alors qu'au fond de moi, j'ai besoin de toi..."

Calgary, le 18 Novembre 2016, 

Asher, 

On m'a demandé de t'écrire pour t'expliquer mon geste. Je suis jaloux de toi. De ta popularité auprès de notre père et de notre mère. Tu seras toujours meilleur que moi, sauf peut être à l'école. J'ai cru que tu avais pris mon père mais en fait, je sais que c'est moi. Tu es mon grand frère, et même si je sais qu'on ne s'aime pas, j'ai besoin de toi. Alors, oui je m'excuse; Je m'excuse pour tout, jusqu'à ma propre existence. Quand j'ai disparu, j'ai cru que tu viendrais me chercher. Je t'ai appelé car tu es mon modèle, tu as toujours été ce frère héroïque.Non, je ne voulais pas te tuer, je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Je suis tout simplement désolé. J'ai encore besoin de toi. Aujourd'hui, je suis sorti de prison et j'ai retrouvé ma famille biologique. J'ai une grande famille qui n'a jamais voulu m'abandonné mais les circonstances ont fait qu'ils m'ont placé à l'adoption. Je suis parti de New York, je suis à Calgary. Je vis avec les Goldstein. Ma vraie famille. J'ai même enfin une petite amie, Druella. J'ai 18 ans et je suis encore au lycée. J'ai une nouvelle vie. Asher, j'essaye d'être heureux mais je n'y arrive pas. J'aime Druella mais je ne sais pas si ça va durer. J'ai des souvenirs du passé. Je crois qu'il me hante et qu'il me rattrape. Je finirais peut être par te rejoindre, qui sait? Ma famille a du sang royal. On est héritier du trône danois. Mais on reste au Canada, le temps que je récupère de la prison. La prison ça fait peur. La prison m'a fait pleurer. Mais je suis libre maintenant.  

Samara Elden Wagner Goldstein. 

Cette lettre restera à tout jamais enfermé dans mon tiroir à clé. Je ne veux pas que tu la vois.



Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: lux aeterna (samara)


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

lux aeterna (samara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Assise dans le train
» Contexte de Nox Aeterna
» La Combinaison #2
» I/ LUX AETERNA - L'histoire de l'univers
» Maze Ellis - MAGNET

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
one in a million :: THE STORY OF EVERYTHING :: let's talk about it :: our paradise-