AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le forum est désormais fermé.
Si vous souhaitez obtenir plus d'informations sur cette décision, rendez-vous ici.

Partagez| .

Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 18:15

Druella Rutherford

- Et elle t'emmène de l'autre côté de la terre
juste quand elle ouvre les paupières -


id complete Druella Josephine Rutherford, elle préfère cependant qu'on l'appelle Ella. âge 19 ans, et se sent pourtant déjà vieille d'avoir trop aimé, trop haït, trop pleuré. Trop vécu. date de naissance La nuit du 5 novembre 1997. lieu de naissance Calgary, son véritable foyer. statut Amoureuse et entichée pour la vie. situation financière Enfant de riche, elle n'a jamais manqué de rien... En tout cas sur le plan matériel. orientation sexuelle Demisexuelle : Ella ne ressent de l'attirance sexuelle qu'après avoir formé un lien émotionnel fort avec un autre. études, boulot Ella est en première année d'université où elle étudie le Droit. traits de caractère Bornée - Romantique - Secrète - Mangeuse de livres - Jalouse - Bordélique - Vegan - Charmeuse - Froide en public - Téméraire - Passionnée - Loyale - Manque de tact. groupe Vénus. célébrité Kaya Scodelario.

our choices define who we are
Ella. C’est un mur. Un mur en béton qui se fissure sous les coups, pour ensuite les renvoyer au centuple. Au sens figuré, comme au sens propre. Elle ne se laisse pas faire, petite brune qui ne paie pas de mine. Tempérament de feu. Depuis toute petite, garçon manqué ou femme forte, au choix. Elle est comme ça, Ella, trop de passion. Ça la dévore. Autant dans sa vie privée que professionnelle. Ses études, c'est son second amour. Elle ne pourrait pas vivre sans. Tout comme elle ne pourrait pas vivre sans la boxe qu’elle pratique depuis cinq ans maintenant. Elle a ce besoin d'adrénaline, de sueur, de violence. Pour rester douce et droite dans ses baskets.
Elle est la douceur qui précède la violence, depuis toujours, qui est pourtant sienne. Elle est la main qui essuie les larmes d'autrui. Elle fait la sourde oreille à ses états d'âme, parce que ceux des gens qu'elle aime sont plus importants. Dévouée, voilà pourquoi elle a choisi d’étudier le droit. Elle choisira ceux qui en ont vraiment besoin. Ceux comme Samara.
Ella est versatile. Faite de feu et de glace. De lumière et de ténèbres. De lourds silences et d’une voix de fer qui pourtant est parfois si douce. D’aplomb. Souvent, sa franchise est nuisible dans ses relations. On lui dit souvent que son impulsivité la perdra. Elle a cessé de compter le nombre de fois où elle a été convoquée au lycée de son attitude belliqueuse. Mais toujours pour de bonnes raisons. Parce qu’elle est comme ça, Ella, prête à se sacrifier pour les plus faibles, à aider les plus jeunes que soit, à les prendre sous son aile. Parce que l’injustice lui fait cette boule dans la gorge, serre son cœur et lui donne envie de hurler. Petite justicière à son échelle, Ella, elle donne tout ce qu’elle peut à ceux qui le méritent. Les autres, ils se heurtent au mur froid. A la banquise de son regard.

Hautaine; mais seulement en apparence, carapace pour repousser les imprudents ✫ Abrupte; avec ses ennemis, mais encore plus avec elle-même car elle déteste voir ses faiblesses ✫ Impliquée; dans sa vie en général, personnelle ou professionnelle, car elle aime les choses bien faites jusqu'au bout ✫ Bordélique; quel que soit l'endroit, son bureau, sa chambre, elle s'étale et déteste ranger ✫ Volontaire; pour les tâches ingrates, car le travail ne lui a jamais fait peur ✫ Blessante; envers elle-même car elle est intransigeante, envers les autres pour anticiper le mal qu'on pourrait lui faire ✫ Sociable; car malgré tout c'est une personne affective qui aime rencontrer des gens et rire avec eux, de tout et de rien ✫ Excessive; réagissant aux moindres petites choses ✫ Débrouillarde; elle sait toujours se sortir des situations difficiles ✫ Versatile; ange un instant et vipère l'instant d'après, les sautes d'humeur sont fréquentes chez elle et elle peut passer des rires aux insultes en une fraction de seconde ✫ Loyale; envers ses convictions et ses propres idéaux ✫ Bornée; il est difficile de lui faire changer d'avis quelle que soit sa position sur un sujet, et se bat bec et ongles pour défendre ses opinions ✫ Téméraire; car courageux est un terme trop beau pour elle ✫ Honnête; avec les autres, elle est trop franche, pourtant elle se ment souvent à elle-même ✫ Indépendante; bien qu'elle se laisserait sans problème enchaîner par son petit ami pour la vie ✫ Possessive; avec ses amis, sa bécane, ses relations souvent brisées par sa jalousie mais elle n'y peut rien ✫ Contradictoire; elle clame sa liberté, la revendique haut et fort, mais sa plus grande peur est encore celle de se retrouver toute seule ✫ Secrète; il n'y a que peu de gens qui la connaissent vraiment et savent qui se cache réellement sous sa carapace de femme forte et hautaine ✫ Brisée; de l'intérieur, de ce vide au fond d'elle, ce creux qui tiraille son ventre, ses reins douloureux, d'avoir perdu la vie.

quelle est la pire relation que tu ai vécu? Techniquement, la seule véritable relation qu'Ella ai jamais eu, c'est celle avec Samara. Avant il y a certes eu des flirts, même une esquisse d'amour pour ainsi dire, mais rien de bien marquant et rien qui ne laisse un souvenir douloureux concernant la relation en elle-même. Les conséquences de cette première relation en revanche ont été désastreuses. quelle est la meilleur relation que tu ai vécu? Sa relation actuelle avec Samara, que la distance, les rumeurs et les qu'en dira-t-on n'ont jamais réussis à entacher. Ella n'hésite pas à qualifier Samara de premier et dernier amour. A son avis, elle ne peut rêver mieux. à tes yeux, quelle est la relation idéale? Ella est consciente de ne pas être objective mais pour elle, la relation idéale elle la possède déjà en la personne de Samara. Rien ni personne ne pourrait la faire changer d'avis là-dessus, il n'existe pas de meilleur couple. Et ce n'est pas l'exemple de ses parents, tant biologiques qu'adoptifs, qui pourrait changer sa façon de penser. la vie, sans amour, ce serait comment? Cela ne vaudrait pas la peine d'avancer, une existence sans amour ne vaut pas la peine d'être vécue. C'est en tout cas ce que la très romantique Ella pense dur comme fer. Amoureuse de l'amour, elle ne pourrait s'en passer.

Prologue - Novembre 1997
From the start the moon blinded my eyes
Éclat de vie au milieu des ténèbres de la nuit, Ella est accueillie par ses parents avec toute la joie et le bonheur que procure la naissance du premier enfant. Elle était désirée, voulue, attendue. Et elle était enfin là. Petit bout d’espoir qui pousse son premier cri. Comité restreint, seulement son père et sa mère sont là, sa seule famille. Le plus important. Jane Collins, née Walker, est enfant unique et surtout orpheline. Vincent Collins, quant à lui, a dit au revoir à sa famille en épousant Jane, car ils n’acceptaient pas cette union. Jane était trop jeune, trop rebelle, trop athée à leurs yeux. Alors, pour Jane et Vincent, construire leur propre famille était un rêve, un objectif de vie. Aujourd’hui concrétisé avec la naissance de leur fille. Déjà, elle avait les yeux d'un bleu éclatant comme son père, la peau de porcelaine de sa mère. Cet événement marqua le début de nombreuses années de bonheur pour la famille Collins. Tout éblouis qu’ils étaient par le soleil des beaux jours, personne n’avait vu arriver la tempête se profiler à l’horizon.


Chapitre 1 - Décembre 2003
You were supposed to be my hero
Personne ne peut dire quand ça a vraiment dérapé. Ni Jane, ni Vincent, encore moins Ella. Au début, c’était seulement des disputes de couples, comme tous les couples en rencontrent en vingt ans de vie commune. Puis les vices sont venus corrompre le quotidien de Collins. L’alcool, distillé comme un poison, à petites gouttes régulières. L’incompréhension et la colère qui grondent doucement comme le début d’un orage. Les quiproquos ridicules, les engueulades tout aussi violentes qu’inutiles. Depuis quelques mois, c’est l’enfer à la maison. Vincent a perdu son travail, à cause de l’alcool. Il préfère rejeter la faute sur sa femme, comme d’habitude. Comme ce soir. Jane ne lui apporte pas son whisky assez rapidement alors, quand elle lui tend finalement le verre, il le lui jette à la figure. Dans la cuisine, c’est une petite Ella au nez coulant, qui retient ses larmes tant bien que mal en appliquant de ses petites mains tremblantes un mouchoir sur la coupure de sa mère. Jane elle, se surprend à prier, elle si athée, se surprend à demander au bon Dieu. Pourquoi. Comment. Qu’a-t-elle donc fait de mal pour mériter ça ? Évidemment, Dieu ne lui offre que le silence. Silence brisé par les sanglots d’une petite fille aux yeux d'océan, qui a peur, qui ne comprend pas. Comment. Pourquoi. Les questions ont un goût d’iode. De larmes amères qu’elle n’arrive plus à contenir. Et forcément, depuis le salon, Vincent ne supporte plus « cette gamine pleurnicharde qui ne sert à rien ». Ella presse ses paupières lourdes, brûlantes. Entendre la voix de l’homme qu’elle aime le plus, proférer de telles choses, ça la tue. Ça la brise. Alors elle ferme les yeux, arrête de respirer pour arrêter de pleurer. Préfère imaginer, se souvenir, de la douce voix de son père qui autrefois l’appelait « mon chat » et l’embrassait tendrement. Du haut de ses six ans, Ella commence à détester les hommes.

D’un coup, Vincent retombe dans un excès de violence, s’en prend à sa femme, à sa fille, a la famille qu’il pensait être le rêve de sa vie et à qui il fait vivre un véritable cauchemar. Il hurle, crache, vocifère qu’il s’en va. Qu’il en a marre. Mais de quoi ? Ella sent une boule se former dans sa gorge. Elle ne veut pas que son père s’en aille, même s’il est méchant en ce moment. Parce qu’elle l’aime, plus que tout au monde. Son père, ce héros qui lui a appris déjà tant de choses. Alors quand Vincent s’engouffre dans la voiture garée devant la maison, Ella sort en courant. Sa chemise de nuit ne lui est d’aucun secours contre le froid mordant, la neige dans laquelle elle trébuche. Qui fond sous ses larmes brûlantes. Déjà frigorifiée au bout de quelques secondes, elle trouve la force de se mettre en travers du chemin de la voiture. Les phares l’aveuglent, le moteur gronde férocement. Ella entend à peine le hurlement de sa mère quand cette dernière se jette sur elle dans un geste désespéré. Protecteur. La voiture les heurte de plein fouet.

Assise sur le rebord du lit, jambes dans le vide, regard éteint, Ella. Ella au teint plus pâle que d’habitude. Ella aux ecchymoses qui peinent à disparaître. Ella au cœur en miettes. Sa nouvelle chambre est jolie, sa nouvelle maison aussi. Sa nouvelle mère… Le concept est dur à assimiler, pour une enfant de son âge. Vincent a pris la fuite après avoir renversé femme et enfant. Jane… Jane. Douce Jane. Ella baisse ses yeux sur sa petite robe noire. Jane est un ange. Voilà ce qu’on lui a dit. Mais elle déteste qu’on lui parle comme ça. Elle n'est pas stupide, encore moins fragile. Elle n’a pas besoin de ces mots gentils, des précautions des adultes. Elle le sait bien, que sa mère est morte. Qu’elle ne reviendra pas. Et qu’aujourd’hui, on l’enferme dans une boite en bois pour la retourner à la Terre. Au creux de ses mains, Ella serre un médaillon. Simple pendentif en forme de petite clef argentée. Insignifiant, sans aucune valeur. Si ce n’est qu’il appartient à Jane.

« Ella ? C’est l’heure… »

La concernée sursaute légèrement, relève ses yeux clairs. Dans l’encadrement de la porte, sa mère adoptive. Gwendolyne. Avocate veuve d'une quarantaine d'années et au gros patrimoine. Au visage aussi doux que Jane, aux yeux aussi bleus que ceux d’Ella. Visage avenant entouré de boucles blondes. Le tout accompagné d’un sourire tendre, et à la fois triste. Sans un mot, Ella emboîte le pas de la femme pour rejoindre le hall. Timidement, l’enfant place sa main dans celle de Gwen. Cette dernière sent les larmes lui monter aux yeux. Cette adoption est un rêve qui devient réalité pour elle, bien qu’elle aurait souhaité un sort moins dramatique pour cette petite fille. En lui mettant correctement son écharpe, Gwen se fait une promesse. Elle fera tout pour qu’Ella soit heureuse. Grandisse en aimant la vie, en la croquant à pleines dents. Qu’elle se reconstruise. Ella sent la douceur dans le regard cristallin de sa mère adoptive, et malgré son jeune âge, l’incompréhension et le chagrin, elle se surprend déjà à aimer cette femme. Il lui faudra du temps, c’est vrai, des années, et jamais elle ne se résoudra à l’appeler maman. Mais ce sera tout comme.

Au cimetière enneigé, pas de famille, Jane n’en avait pas. Mais des amis, des proches. Le silence semble alourdi par le manteau blanc de l’hiver, faisant ressortir les habits sombres de chacun. En silence, Ella se détache de sa mère adoptive pour faire quelques pas parmi les gens. Elle entend des murmures, complaintes horrifiées. Leur pitié, à tous, elle n’en veut pas. « Pauvre enfant… ». « Quel drame… ». « Personne ne s’y attendait… ». Ella les ignore. Joues rosies par le froid, elle avance silencieusement jusqu’à lui. Jusqu'à elle. Sa mère dans la boîte noire. Gwen la rejoint. Quand le cercueil se fait finalement engloutir par les ténèbres, Ella glisse sa petite main dans celle de Gwen. Trop de choses ont basculé, elle a besoin de savoir qu’il reste toujours quelqu’un. Quelqu’un qui sera toujours là. Une constante. Une stabilité. Ella ferme les yeux à nouveau. Elle sent que Gwen partage ce moment avec elle. Partage sa colère. Contre son père, lâche, assassin. Contre le monde entier. Contre les Hommes. Contre lesquels elle sera en colère presque toute sa vie. Contre l'injustice.


Chapitre 2 - Janvier 2011
I will love you all my life
« Tu es certaine de ta décision, Ella ? »

La question est douce, mais ferme. Assise à la table de la cuisine, devant des assiettes de pancakes, Gwen et Ella commencent un nouveau jour.

« Oui, j’en suis sûre, » répond l’adolescente du haut de ses quatorze ans en aspergeant ses pancakes de sirop d’érable. Ce matin, et après des semaines de réflexion, Ella a annoncé à sa mère adoptive vouloir arrêter le lycée pour quelques mois, ne pas faire la rentrée de septembre prochain. Ella a révélé à sa mère adoptive qu'elle était enceinte. Avec un discours raisonné, consciente d'avoir été justement, inconsciente pour son premier rapport sexuel. Pas que celui-ci ai été des plus agréables en plus de ça. Ella, posée, a joué la franchise jusqu'au bout, consciente des conséquences, et elle est restée ferme jusqu'au bout. Hors de question de procéder à un avortement.  Après la surprise du début, Gwen a souri. Tendrement, affectueusement. Pas besoin de mots ou de discours pour connaître les motivations de la jeune fille. Du haut de ses quatorze ans, Ella est mue par un instant de protection aussi grand que son un désir de justice. Cette envie de rendre le monde meilleur, d’aider les gens dans le besoin, d’appliquer les lois qui la fait tant admirer sa mère adoptive. Elle sait aussi que cette expérience fera du bien à la violence qui gronde chaque jour au fond de l’adolescente. Envers le monde. Envers les Hommes.

« Bon... J'espère au moins qu'il m'appellera mamie ! » lance Gwen avec un sourire approbateur. A ces mots, Ella quitte sa chaise pour sauter au cou de sa mère adoptive et l'embrasser chaleureusement. « Oh, merci, merci Gwen ! » Étreinte maternelle. Effluves de vanille.




Chapitre 3 - Juin 2011
I'm sorry for not having been able to protect you
C’est un cauchemar. Cela ne peut pas être vrai. C’est impossible.
Ils devaient simplement se promener dans les bois entre amis, flâner, traîner tous ensemble comme ils le faisaient si bien depuis des années. Avec Avery, sa meilleure amie, Ella avait échangé des regards complices. Ce soir, elle avait prévu d’annoncer sa grossesse à ses amis. Soulever son tee-shirt large pour dévoiler le léger arrondi de son ventre. Ella, jeune mère célibataire. Indépendante, comme toujours. Cela lui correspondait bien. Son jeune âge n’avait rien changé à son envie de garder son bébé. Elle n’avait besoin de personne. En tout cas, elle essayait de s’en convaincre. Ce soir, elle devait demander à l'un de ses amis d’être le parrain, Avery ayant déjà endossé son rôle de marraine en lui offrant des livres et tests de personnalité sur les femmes enceintes. Ce soir, ils devaient parler de la vie à venir.
Mais c’est la mort qui leur tombe dessus sans prévenir. Elle aurait dut écouter Gwen, ne pas traîner avec ces personnes plus âgées. Alors elle n'aurait jamais été dans cette voiture.

C’est la douleur qui réveille brusquement Ella. Souffle coupé. Elle n’arrive plus à respirer. La lumière du jour l’aveugle. Elle suffoque, tente de se redresser. Au milieu de la forêt. La panique ne fait qu’accentuer la douleur, intense, dans tous ses membres. Sa tête semble exploser, sa gorge s’enflamme à chaque bouffée d’air. Il lui faut plusieurs minutes pour retrouver un semblant de calme et arriver à distinguer les choses autour d’elle. D’abord formes floues, tâches de couleurs, Ella retrouve une vision normale et, alors qu’elle tente de se relever, un pic de douleur la plie en deux au niveaux de l’estomac. Genoux à terre, c’est seulement qu’elle remarque le pourpre tachant l’intérieur de ses cuisses. Sang séché, mêlé de terre et de saleté, comme le reste de son corps et de ses vêtements. Fébrile, Ella passe ses mains tremblantes sur ses cuisses, remonte vers son bas-ventre, y enfonce doucement ses ongles. La crise d’angoisse la submerge, les larmes coulent sur ses joues sales et finalement, le manque d’oxygène lui fait perdre connaissance.

Dans la chambre d’hôpital où dort Ella, Gwen veille. Ne quitte pas des yeux celle qui, avec le temps, est devenu sa famille. Sa fille, quoi qu’en disent les gênes. Elle était déjà à l'hôpital quand ils ont amené les adolescents. Tous décédés dans l'accident, sauf Ella.
Quand la brune se réveille, la première chose qu’elle voit sont les yeux bleus de sa mère adoptive. Cette vision fait fondre Ella en larmes dans les bras de Gwen qui la berce tendrement, comme lorsqu’elle faisait un cauchemar étant enfant. Mais elles sont rapidement interrompues par un officier de police qui frappe à la porte. Ella essuie ses larmes, pas question de montrer cela à un inconnu.

Il la bombarde de question, lui demande si elle a pris de l'alcool, ce qu'elle faisait dans la forêt. Les nerfs à vifs, Ella tremble en serrant ses draps. « Je… Je ne sais pas, je ne me souviens pas… J’étais fatiguée à cause du… » Cette fois, les mots d’Ella se bloquent dans sa gorge. Sa voix se brise totalement. Pour la première fois depuis son réveil, elle le sent. Le vide. Le trou béant au fond d’elle. Elle ouvre la bouche sur une supplique silencieuse en tournant un visage désespéré vers Gwen, déjà au bord des larmes. « … Mon bébé… Où est mon bébé ?! » La question est un murmure crié. Hystérique, la brune rejette les couvertures pour tenter de se lever. Ses jambes ne la portent pas et Gwen doit la retenir alors qu’elle s’effondre au sol. « Où est mon bébé ?! » Ella ne cesse de répéter cette question, en état de choc. Ses ongles s’accrochent aux vêtements de sa mère qui pleure avec elle devant le regard bouleversé de l’officier. Elle tente de rassurer, consoler sa fille qui semble mourir de douleur dans ses bras. Souffrance insoutenable. L’officier quitte la pièce pour aller chercher un médecin alors que dans les bras de Gwen, Ella continue de se débattre avec la force du désespoir.


Chapitre 4 - Septembre 2011
you're like an angel of light in my darkness
L’eau brûlante de la douche des vestiaires coule sur les muscles tendus d’Ella, immobile. Elle a passé les deux dernières heures à la salle de sport pour suivre son cours de boxe comme depuis sa sortie de l'hôpital. S’épuiser physiquement pour vider son esprit. En vain. Trop de choses continuent de tourner dans la tête de la jeune femme qui ferme les yeux en soupirant. Machinalement, elle passe une main sur son bas-ventre. Geste devenu habitude lorsqu’elle est soucieuse. Ses pensées divaguent. Deviennent sombres.

Ella soupire en coupant l’eau d’un geste brusque. Elle refuse d’y penser. Enroulée dans une serviette, longs cheveux de jais collants à son dos, la jeune fille se dirige vers son casier d’un pas vif. Sa peau devient rouge par endroit d’être frottée ardemment avec la serviette avant d’être à nouveau habillée d’un jean, d’un simple tee-shirt et de son blouson en cuir. Sac sur une épaule, casque sous le bras, Ella quitte les lieux pour attendre Gwen sur le parking. Quand les yeux sombres de la jeune femme se posent sur la Harley qui fait son entrée avec sa mère adoptive, un sourire étire ses lèvres. Elles parcourent le chemin jusqu’au cimetière. Passe respectueusement sur les tombes de ses amis avant de terminer sur celle de sa mère, Jane. Gwen est restée à l'entrée, par respect de l'intimité de la jeune fille. Doucement, elle s’assoit en tailleurs face à la sépulture. Comme toujours, l’émotion lui serre la gorge. Ce qui ne l’empêche pas de souffler quelques mots. Elle parle encore de la gentillesse de Gwen, de sa chance d’être tombée sur elle, du fait qu’elle pense que Jane et elle se seraient très bien entendues. Ce qui semble être des banalités, mais qui aide Ella à affronter le quotidien. Puis les mots dérivent, sur ses amis ou plutôt, les amis qu'elle n'a plus, la rentrée bientôt, le bébé… Il n'y a qu'au cadavre de sa mère qu'Ella réussi à parler si librement.
Mais comment faire autrement ? Comment leur dire, à tous ? A quel point il fait froid. A quel point elle a peur. Que tout est noir. Que tout s’écroule. Qu’elle sombre. Qu’elle suffoque. Et pourtant, il y a cette lumière. Qu'elle ose à peine toucher du bout des doigts. Qu'elle ne peut qu'effleurer de pensées.

L'éclairage de son ordinateur lui fait mal aux yeux, Ella, alors qu'elle s'installe à son bureau avec un bol de soupe de potiron et crème de soja. Ses doigts effleurent le clavier pour ouvrir le chat du site où elle s'est réfugiée tout l'été. Un sourire étire ses lèvres fines. Il est là.


Chapitre 5 - Out of time
we could run away before the light of day
Qu'importe la solitude au collège, au lycée. Qu'importe les ragots et les rumeurs sur Ella, l'orpheline qui a été enceinte à quatorze ans, celle qui ne dit plus mot à personne. Celle qui joue la prétentieuse et la fille froide, hautaine, mais qui va se mettre en travers des racailles et de leurs victimes. Celle qui apporte son propre repas parce qu'elle ne mange ni viande, ni poisson, ni produits animaliers en général. Celle qui reste le nez plongé dans ses bouquins en caressant le bas de son ventre d'un air distrait. Ce même ventre qu'on voit, en cours de sport, barré d'une cicatrice disgracieuse. Souvenir indélébile. Qu'importe tout ça. Parce que dès qu'elle rentre, Ella, elle se rue dans sa chambre. Et il est là. A des centaines de kilomètres, il est là.

Avec lui, parler est tellement facile. Comme une évidence. Comme respirer. Il n'y a pas de jugement, juste du soutien. Mutuel. De la compréhension. Une complicité certaine qui se développe et, avec elle, des sentiments. Indéfinissables au premier abord, mais Ella finit par les comprendre rapidement. Elle est tombée amoureuse de ce garçon qu'elle n'a jamais vu, et qu'elle ne verra sans doute jamais. Mais qu'importe. Qu'importe les regards inquiets de Gwen. Parce que quand elle lui parle, Ella, elle se sent enfin vivante à nouveau.

Quand elle apprend pour son incarcération, tout s'écroule. Non pas par déception, car Elle fait partie des rares personnes à n'avoir jamais douté de lui. Par injustice. Ce sentiment d'impuissance qui la submerge encore une fois, visiblement décidé à détruire sa vie et celle de ceux qu'elle aime. Il ne faut pas plus qu'un stupide voyage scolaire à New York pour que l'adolescente s'éclipse. Dans le métro, elle serre contre elle son sac, comme si ça pouvait empêcher son coeur de battre la chamade. Elle va le voir. Il n'est même pas au courant. Elle s'est renseignée sur les heures de visites à la prison et, une fois face à la grande porte, elle se sent presque défaillir. La peur. Et si elle ne lui plaisait pas, en vrai ? Et si elle n'était pas à son goût ? Et si il ne voulait pas la voir ? Et si... Des suppositions balayées d'un revers de main par la jeune femme qui affronte ses peurs comme elle l'a toujours fait. Avec courage.

Il est heureux de la voir. Presque ému. Elle a dut mal à le voir, tant ses propres yeux sont bordés de larmes. Océans salés qui se déversent sur ses joues. C'est loin d'être un cadre romantique, mais c'est le moment idéal. Celui qu'il ne faut pas laisser filer. Quoi qu'il en coûte. Alors Ella, petite poupée cassée, brisée, prends les morceaux de son coeur. Elle les lui offre. Avoue ses sentiments, sa loyauté inébranlable. Elle promet que sa patience traversera des millénaires s'il le faut. Elle lui offre sa main pour se relever, son épaule pour pleurer, ses lèvres à embrasser. Toute entière. Elle l'attendra. Jusqu'au bout des temps.


Chapitre 6 - De nos jours
I'm the ghost in your head, i'm the fury ine your bed
Il fait froid mais le soleil brille quand Ella, perchée sur ses talons hors de prix, sort de l'université de Calgary. Sac en bandoulière relativement lourd à cause des livres de droits et des cours qu'elle se trimbale toute la journée. Mais ça a beau peser sur son épaule, son coeur lui, est léger. Son écharpe épaisse, laine immaculée, est enroulée confortablement autour de son cou, et elle resserre machinalement son trench d'une couleur rouge vif.
Ella se réfugie du froid dans l'habitacle de sa voiture, sac posé sur la banquette arrière pour laisser le siège passager de libre. Un coup d'oeil à son téléphone, un sourire esquissé. Elle sera pile à l'heure.

Et en effet, la jeune femme se met en stand by devant le lycée de Calgary juste avant la fin des cours. Elle sort du véhicule, le moteur ronronnant paisiblement, et le contourne pour s’adosser à la portière côté passager, face aux portes de l'établissement. Rapidement, un flot impressionnant d'élève sort avec la joie que procure le sentiment d'être en week-end. Il ne faut que quelques instants à Ella pour le repérer au milieu de la foule. Il s'avance, arrive jusqu'à elle. L'enlace alors qu'elle passe ses bras autour de son cou. Sa chaleur l'envahie immédiatement, repoussant le froid de l'automne pourtant bien présent. Celui qu'elle a attendu, et qu'elle aurait encore attendu toute sa vie si ça avait été nécessaire. Celui pour qui elle se battra bec et ongles. Celui qui arrive à repousser les ténèbres.
Samara.


pseudo/prénom Rory. fréquence de connexion EVERYDAY. d'où viens-tu? J'avoue que je ne sais plus du tout ! Peu-être facebook. ta note? 42. Le design est frais, les couleurs sont belles, c'est la première fois que j'ai l'inspiration pour m'inscrire sur un forum avec un contexte too love. ton personnage est? Scénario de Samara. ♥


Code:
<cprise>Kaya Scodelario,</cprise> <namep>Druella Rutherford</namep>



Dernière édition par Druella Rutherford le Lun 21 Nov - 16:36, édité 16 fois
avatar

Real people help others around them
¦ arrivé(e) le : 20/11/2016
¦ baisers envoyés : 66
¦ pseudo : Rory.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 18:20

Bienvneue par ici I love you

Merci de tenter toi aussi Druella c'est la première fois que je vois de la compétition pour mon scénario

Si tu as la moindre question, ma boîte à mp est ouverte et le reste du staff est également là pour toi

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 18:24

une troisième druella on peut dire que le scénario de samara a du succès !
j'adore ton titre I love you et bienvenue parmi nous

_________________
+MAKES ME FEEL ALIVE+
Lately I've been, I've been losing sleep dreaming about the things that we could be. But, baby I've been, I've been praying hard said no more counting dollars, we'll be counting stars.
avatar

keep on dreaming
¦ arrivé(e) le : 18/11/2016
¦ baisers envoyés : 170
¦ pseudo : spf

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 18:26

Samaramour : Héhé fallait pas faire un scénario parfait c'est tout ! Merci beaucoup, je n'hésiterais pas !

Madison : en fait on est des triplées voilà, secret dévoilé Merci beaucoup ma belle

_________________
I'm the ghost in the back of your head
avatar

Real people help others around them
¦ arrivé(e) le : 20/11/2016
¦ baisers envoyés : 66
¦ pseudo : Rory.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 18:39

Bienvenue !

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 18:46

Une troisième Druella
Bienvenue en tout cas parmi nous et bon courage du coup !

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 19:00

quel succès elle a la belle druella
bienvenue parmi nous

_________________


     Our brains are sick but that's okay 
the wrists of my mind have the bleeding lines that remind me of all the times I have committed dirty dirty crimes that are perfectly form-fitted to what I've done and what I'm doing.
avatar

the fight won't stop now
¦ arrivé(e) le : 18/11/2016
¦ baisers envoyés : 59
¦ pseudo : vespertine (nawal)

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 19:07

Merci beaucoup tout le monde, vous êtes des amours

_________________
I'm the ghost in the back of your head
avatar

Real people help others around them
¦ arrivé(e) le : 20/11/2016
¦ baisers envoyés : 66
¦ pseudo : Rory.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 21:09

jamais deux sans trois dit-on!

bienvenue parmi nous en tout cas I love you
si tu as des questions n'hésite absolument pas

_________________
avatar

the royalty of calgary
¦ arrivé(e) le : 26/06/2016
¦ baisers envoyés : 1190
¦ pseudo : Goldblast (Lou)
¦ multiface : none.

Voir le profil de l'utilisateur http://oneinamillion.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 21:21

Bienvenue.
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 18/11/2016
¦ baisers envoyés : 60
¦ pseudo : Mannie

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 21:34

kaya, le scénario, excellents choix bienvenue, et courage pour la compétition I love you
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 19/11/2016
¦ baisers envoyés : 51
¦ pseudo : denna.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 21:37

Merci à tous ♥️♥️

_________________
I'm the ghost in the back of your head
avatar

Real people help others around them
¦ arrivé(e) le : 20/11/2016
¦ baisers envoyés : 66
¦ pseudo : Rory.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 21:53

Bienvenue

_________________
and now we are alive
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. Et une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé. ›©️alaska.

avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 19/11/2016
¦ baisers envoyés : 64
¦ pseudo : moii*

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Dim 20 Nov - 23:52

druudruuu,
bienvenue I love you
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 19/11/2016
¦ baisers envoyés : 93
¦ pseudo : cosmic.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Lun 21 Nov - 0:26

Officiellement bienvenue parmi nous, dès demain je lirais cette fiche, hâte de voir ce que tu as fais de ce scénario

_________________

The only way to deal with an unfree world is to become so absolutely free that your very existence is an act of rebellion.
avatar

flower made of iron
¦ arrivé(e) le : 23/07/2016
¦ baisers envoyés : 1184
¦ pseudo : witm (Elena)

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Lun 21 Nov - 12:13

Bienvenue parmi nous !
J'ai hâte de voir ce que ça va donner ce petit scénario

_________________


and now we are alive
It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM©️ alaska.  

avatar

the royalty of calgary
¦ arrivé(e) le : 14/09/2016
¦ baisers envoyés : 226
¦ pseudo : selly (Séléna)
¦ multiface : morrigan

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Lun 21 Nov - 15:11

bienvenue. bon courage pour l'écriture de ta fiche, merci de ton inscription et très bon jeu parmi nous. si tu as la moindre question ou le moindre problème, n'hésite pas à contacter le staff de OIAM ! on ne mord pas.

_________________
i hate u i love u ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. © endlesslove.
avatar

pretty little mermaid
¦ arrivé(e) le : 23/07/2016
¦ baisers envoyés : 865
¦ pseudo : inquisitrice. (Carla)
¦ multiface : aucun.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day
Lun 21 Nov - 16:49

Ce fut un plaisir de te lire, Ellaqueen. Et puis ça correspond parfaitement au scénario

Et comme du coup, tu n'as pas vraiment de concurrente, je te valide

Bon jeu parmi nous et vivement le mariage


Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Ella ♦ You're like the sun on my skin during an old winter day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ella Carigan, pour vous servir ![Magicienne & Conseillère du Daronavar]
» Ella Montgomery
» ELLA | GOLDILOCKS — « we’re part of a story, part of a tale; sometimes beautiful, sometimes insane; no one remembers how it began. » ♫
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Impasse du Tisseur... [PV: Ella] [SPOILERS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
one in a million :: THE STORY OF EVERYTHING :: let's talk about it :: our paradise-