AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le forum est désormais fermé.
Si vous souhaitez obtenir plus d'informations sur cette décision, rendez-vous ici.

Partagez| .

"you're dead to me." (blue)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 0:41

blue may lehane

-baby,
heaven's in your eyes.-


id complete blue, la fille ciel, la fille océan, la fille bleue comme l'univers. elle incarne toutes les nuances de cette couleur subtile, infime, explosant en elle d'une ardeur sauvage. douceur délicate en ces quatre lettres, désignant son visage pâle et son regard mer. prénom offert par sa mère, celle que qu'elle aime d'un amour inexorable et d'une haine inévitable, celle qui n'est pas vraiment qui elle pensait être, celle qui l'a gardée enfermé dans l'illusion d'un univers bleuté. pourtant,
tout est noir.
may, cette identité passée, offerte par ces belles âmes inconnus qui lui offrirent le don de la vie. ces âmes sensibles auxquelles elle fut arrachée, violemment, brutalement, dernier souvenir d'eux. eux qui sont morts sous la peine de son absence. eux qui n'ont goûté qu'au noir de l'existence, et jamais au bleu, jamais à son bleu, unique et savoureux. elle aimerait leur en offrir dans cet au-delà qu'elle sait si ombre, alors elle se contente, de déposer sur les tombes, quelques bleuets empoisonnés de ses larmes salées.
lehane leur nom de famille, en leur honneur. le nom de famille de ces deux êtres partis trop tôt, partis trop vite. plus jamais elle ne souhaite entendre les consonances de son identité passé, la fausse identité, celle de l'illusion. blue préfère vivre, exister, ressentir la noirceur d'un monde authentique, plutôt que le bleu d'un monde chimérique.
âge vingt-cinq printemps, vint-cinq mai depuis son absence. blue s'est envolée entre les constellations du ciel, dérobée par une étoile solitaire. les années se sont écoulées, se sont échouées, telles les pétales d'une fleur fanée, loin de sa terre natale, loin de sa vie initiale.
date de naissance un vingt mai éclatant, soleil si puissant dissimulant le bleu du ciel, le bleu d'elle-même. éphémère existence, unique regard vers ses véritables parents, avant qu'elle ne sombre dans l'illusion d'une nouvelle litanie. elle aimerait se souvenir d'eux, de leurs yeux sur sa peau, de leurs mains caressant les courbes de son visage, de leur amour emplissant le large de leur regard. elle aimerait, mais elle ne peut pas. ils sont à des millions d'années lumières d'elle, enfouis au coeur d'elle-même, un coeur qu'elle ne peut atteindre, si loin d'elle. ce jour funeste fut le jour de sa naissance et de sa mort à leurs yeux.
triste petite histoire.
lieu de naissance calgary, canada, ou le froid du monde, bleu de la glace et de la neige virulente, bleu d'un hiver permanent à l'apparence éternelle, bleu d'un printemps éphémère. un univers qu'elle redécouvre, de ses yeux océans, qu'elle tente d'appréhender, qu'elle tente d'imaginer tel qu'il pouvait être par le passé. mais, il est trop tard. les souvenirs se sont cristallisés.
statut seule, mélodie qu'elle ne cesse de se répéter, incessante et prenante. si seule, comme ils l'étaient eux, lorsqu'ils ont quittés ce monde d'un noir opaque. elle ne cesse de se demander, dans un coin de son esprit, est-ce une fatalité ?
situation financière blue a constamment vécue dans l'illusion d'un bleu fourbe, mais jamais au coeur d'une illusion brodée d'or. elle se démène pour survivre, avec le peu qu'elle possède, elle, la chasseuse de souvenirs volés.
orientation sexuelle blue les aime en vie, blue les aime vivants, blue les aime plein d'une beauté unique. les âmes qui dansent et s'élancent vers elle, les âmes qu'elle tente de capturer au travers sa caméra, et parfois, au travers sa chair. blue aime toutes les âmes.
études, boulot et sa caméra sous le bras, sa passion dans la tête, son ardeur dans son coeur, elle ne cesse de tenter de capturer des images à la beauté confuse, vague, sans prétention. elle espère un jour réaliser un film qu'elle pourra nommer son art, le sien, et pas celui d'un autre. au travers sa propre vision désenchantée du monde, au travers l'oblique de son regard soucieux du détail et d'une certaine perfection pourtant imparfaite. mais la rêveuse doit se contenter de survivre, la rêveuse doit attendre avant de réaliser ses souhaits bancals. alors, elle se contente de petits contrats, pour des arts qu'elle ne reconnaît pas, mais qu'elle tente de sublimer malgré la pauvreté d'un contenu expédié.
traits de caractère douce couleur pastel, sensible poupée de cire, naïf corps enfantin, créative âme mystique, romantique coeur abattu.
tout ces traits incarne la blue d'autrefois.
aujourd'hui, elle tente de devenir plus pragmatique, plus rebelle, plus violente. elle ne cesse de combattre son soi originel. tentant de devenir une autre qui ne serait plus maîtrisé par sa faiblesse latente.
groupe mercury, parce que blue aime toujours plus que l'on ne l'aime. blue aime toujours trop, l'amour la dévore, la consume, la ronge, poupée humaine livrée à un fléau qu'elle ne peut contrôler, elle en a peur, si peur, elle en est terrifiée.
célébrité astrid bergès-frisbey..

our choices define who we are

blue, elle n'est pas comme les autres enfants. elle n'a jamais connu ses véritables parents. ils ne sont que des fantômes d'un passé perdu entre les abysses de sa mémoire vaporeuse. elle aimerait s'en souvenir. elle a tout fait pour s'en souvenir. mais, son existence entière a été bâti sur une illusion. l'illusion de cette femme, cette si belle femme, cette femme qu'elle aimait si ardemment, cette femme qu'elle pensait être sa mère. cette femme qui l'a dérobée, volée, trésor secret dont elle s'est emparée. elle a retiré à deux êtres aimants leur unique joie, leur rêve éveillé, leur rêve envolé. blue n'imagine pas la souffrance qu'ils ont du ressentir. ils la tenaient dans leurs bras, l'enserraient, lui promettaient une vie entière d'amour et de beauté. et la minute suivante, elle n'était plus là. la minute suivante, leur vie a basculé. la minute suivante, tout a changé, à jamais. il n'y a rien de pire pour un parent que de perdre un enfant. elle n'a jamais entrevu une telle douleur, ce genre de douleur qui irradie de votre regard tel un éclat flamboyant et déchirant. blue donnerait tout pour revenir en arrière. pour les revoir, les connaître, les aimer. les voler à la mort. mais, ils sont partis, l'un après l'autre. ils ont été sauvés de leur douleur. un an auparavant, et elle aurait pu les sauver, blue, de leur souffrance infinie, ce genre de souffrance que l'on n'efface pas, malgré les années, malgré ce temps qui craque. alors, si elle vit dans cette ville, calgary, c'est pour eux. pour vivre comme ils vivaient, pour tenter de s'ancrer dans ce qu'ils étaient, pour tenter de se pardonner. d'avoir aimé la mauvaise personne, vécue la mauvaise vie. les regrets dégoulinent de son visage et l'inondent par milliers. mais, tout ce qu'elle ressent, c'est cet amour parti et cette haine infinie. cette haine pour une femme qui fut, il fut un temps, tout pour elle. cette mère chimère qui la vola, lisant dans son regard une nuance de bleu plaisante, la nuance de bleu qui manquait à son existence. et juste comme ça, elle s'est appropriée un enfant. pour combler le manque de son propre enfant mort. elle n'a pas compris pourquoi, elle n'a pas réfléchi. c'est ce qu'elle lui a dit. mais, blue ne pourra jamais lui pardonner. blue est tenace, malgré sa douceur. chaque jour, elle va sur leurs tombes, celles de deux inconnus qui auraient pu être connus. dans une vie parallèle. une vie où sa mère chimère n'aurait jamais existé. l'effet papillon.

blue, l'enfant de nulle part. et de partout à la fois. celle qui a voyagé dans l'univers tout entier. chaque année, une nouvelle destination, une nouvelle ville, un nouveau pays. un nouveau tout. elle a vécu mille existences en une seule. elle a rencontré plus de personnes qu'elle ne pourrait en compter. amérique, afrique, europe, australie, inde, chine. vies papillons qui se meurent au fil des jours. sa mère chimère, comme seul point de contact permanent, seul être avec qui elle resta jamais vraiment. celle qui lui mentait, surtout, lorsque la gamine blue lui demandait d'une voix brisée où était son papa. elle ne lui répondait jamais. mais, elle a vécu tant avec elle. trop. probablement. elle s'en veut. du bonheur qu'elle avait, lorsqu'eux n'avaient qu'un malheur éternel sur le poids de leurs coeurs. elle aimait cette vie de bohème, blue. elle aimait l'idée de n'être qu'une étoile filante parcourant l'univers entier sans jamais s'arrêter. ce genre d'étoile qui ne meurt jamais. mais, un jour, elle s'est essoufflée. sa vie sur la route s'est achevée. sa seule relation s'est évaporée. et de son passé, ne demeure que des parcelles flous qu'elle tente d'oublier, enterrer. elle est seule, à présent. seule face à ses remords, sa douleur, ses pleurs. seule face à des sentiments trop grands pour elle, une haine qu'elle ne saisit pas, un amour qu'elle ne comprend pas. elle n'est pas faite pour les sentiments.

pourtant, blue est fascinée par les gens. toutes ces âmes mouvantes qui traversent son existence. tout ces visages infinis et variés dont elle peine à se remémorer. tous ces coeurs qui un jour, se sont attardés sur elle, ont pris le temps de lui offrir quelques précieux instants. elle est fascinée par les plis de leurs visages, la courbure de leurs lèvres, les portraits de leurs expressions traduisant des émotions, cette vaste infinité de pastels qu'elle utilise pour peindre des tableaux innombrables de toutes ces âmes. elle aime se perdre dans l'observation d'un corps, d'une âme, d'une personne. l'observation de toute une existence se lisant au travers eux. blue aime les gens plus qu'elle ne s'aime elle. plus qu'elle aime même la vie. elle les aime trop, bien trop. alors, elle les capture avec sa caméra, tente de saisir leur beauté inavouée, si différente, et si séduisante. son plus haut rêve serait de réaliser un film parlant d'eux, parlant de cette humanité à la vois douce et violente, vivace et absente, fascinante et effrayante. peindre au travers sa passion la contemplation de toute une existence.

et parce qu'elle aime trop les gens, elle aime trop tout simplement. son coeur ne peut pas encaisser ses attentes et ses espoirs, qui dégringolent en elle tels des torrents enragés. elle aussi, elle s'attend à être aimé. mais, aux yeux de tous, elle est cette poupée trop douce pour être vraie, cette poupée dont on peut abuser et jeter lorsqu'elle devient usée. cette poupée qui pleure, souvent, tard le soir. déçue de ses sentiments trop puissants. et des leurs trop insignifiants. parce que blue aime souvent du premier regard. comme une vague de chaleur entre ses entrailles, l'éveil de la bête l'anéantissant à petit feu. regard après regard. elle tente de contrôler ce déferlement, en vain. que reste t-il de mieux à faire, hormis percer son coeur ?

elle n'est pas vraiment seule. elle a un frère. un frère jumeau. celui qui vint quelques minutes après elle, comme triste lot de réconfort. couvrant le silence de leurs nuits douloureuses. elle sait qui il est. parfois, elle l'observe. elle tente de s'approcher de lui, de lui parler, de lui demander de lui pardonner ce qu'elle lui, leur a infligé. mais, elle n'en a jamais le courage. blue est un fantôme. douteux et hésitant. un fantôme qui passe, repasse, trépasse.

quelle est la pire relation que tu ai vécu? sa relation avec la vie. cette âme qui donne et qui reprend. qui t'offre le bonheur et l'écrase de son talon. cette conception vague et incertaine, aussi éphémère qu'un levé de soleil. et dans cette vie douloureuse et sensible, il y avait cet amour qui l'a détruit, cet amour dont elle ne voulait pas. un amour trop imposant dans son coeur trop étroit. des étincelles d'une passion unique, la passion d'une enfant amoureuse d'un prince charmant illusion. elle se souvient de son regard qui se déposait sur son visage, dans ses yeux, sur sa peau, dans son coeur frigide paraissant éteint. elle aimait sa douleur, plus qu'elle ne l'aimait lui. elle aimait ce désir qu'elle ressentait pour cet être mortel. elle aimait l'idée d'aimer, jusqu'à ce qu'elle soit anéantie. en lambeaux. en morceaux. abîmée. suffocante. il l'a repoussée face au monde entier, celle qui osa lui offrir ce qu'elle détenait de plus cher. elle s'est écroulée. c'est à peine si elle s'est relevée. blue a donné son coeur ce jour là, et elle l'a retrouvé détruit.
elle se demande si elle pourra jamais le réparer.

quelle est la meilleur relation que tu ai vécu? l'illusion de cette relation éteinte. lorsqu'il prétendait que lui aussi, il l'aimait. avec autant d'intensité. il mentait si bien. il était si fourbe. était-il seulement humain ? personne n'oserait jamais briser ce visage innocent et ce coeur papillon. mais, lui il l'a fait. il lui a fait miroiter l'idée d'un amour véritable, ce genre d'amour qui fait rêver, qui fait pleurer, qui fait trembler. cet amour qu'elle espérait tant. lorsqu'elle n'avait pas conscience de la réalité, accroupie dans sa caverne platonicienne. lorsqu'elle pensait voir briller dans son putain de regard de la sincérité. lorsqu'elle sentait ses lèvres se déposer fébrilement sur les siennes, ressentait la valse de cette vaillante émotion étreindre son âme chétive.
elle aimait une illusion. plus qu'elle n'aima jamais la réalité.

à tes yeux, quelle est la relation idéale? celle qu'elle détenait, mais sans illusion. pas celle des contes de fées, mais un soupçon d'authenticité, un soupçon de déraison. elle aimerait être aimé, et pas seulement désirée. pour ce qu'elle est, là, à l'intérieur de cette enveloppe charnelle délicate et fluette. à la merci du monde, à la merci de leur immonde cruauté.
blue, elle voudrait juste être aimé.
rien qu'une fois.
juste cette fois.

la vie, sans amour, ce serait comment? ce serait reposant. ce serait comme un doux sommeil sans rêves, sans émotions, sans sensations. que reste t-il de la vie si l'amour n'est plus, si l'amour est parti ? des morceaux d'automatismes, des brides de sens illogiques, des mouvements sans intentions. une existence platonique et dramatique. une existence qui n'en est pas vraiment une. parfois, elle a rêvé d'abandonner sa souffrance et ses regrets, ses amours et ses espoirs, mais tous ces sentiments, font partie d'elle, ils sont elle. elle ne peut pas les abandonner par peur, par lâcheté. elle ne serait plus qu'une machine dénuée d'humanité.
et sur son visage, ne se lirait plus cette sensibilité à la beauté inavouable, cette douceur délicate, cette tendre naïveté, ces nuances de blue enchantés.
pourtant, au fond de son coeur, c'est ce qu'elle tente de réaliser. éradiquer tout amour de ses pensées. se débarrasser de son humanité.
ou du moins, de son surplus d'humanité.


pseudo/prénom wandering ou lulu pour les intimes. fréquence de connexion généralement les soirs et le week end. d'où viens-tu? bazzart je t'aimeee ta note? 10/10, sans compter les points bonus de perfection ton personnage est? à la fois un inventé et un pré lien (j'ai postulé pour le rôle de cameraman dans la série de tate )

Code:
<cprise>astrid bergès-frisbey,</cprise> <namep>blue lehane</namep>


_________________

maybe we feel empty because we leave pieces of ourselves,
in everything we used to love. - ☾


Dernière édition par Blue Lehane le Lun 28 Nov - 19:49, édité 7 fois
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 41
¦ pseudo : wandering.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 0:43

"you're dead to me."
murmure dur et incertain, s'échappant de ses lèvres tel une vérité à laquelle elle ne croit qu'à moitié. elle aimerait le hurler, l'écrire en lettre de sang sur sa peau, sur la sienne, sur sa tombe imaginaire, sur les murs de son coeur souffrant. elle aimerait aussi la frapper, la cogner, la griffer, l'agresser, la haïr. plus qu'elle ne la haï déjà. elle aimerait oublier toutes ces années passées avec elle. mais, cela signifierait effacer son existence entière. parce qu'elle est tout pour elle, elle fut toujours tout, un tout à la limite du raisonnable, un tout bien trop présent, un tout duquel elle n'a jamais pu se passer. blue a mal, si mal. elle espère secrètement qu'elle aussi elle souffre comme elle souffre en cet instant. qu'elle aussi, elle se sente écorché à vif de l'intérieur, sur des plaies déjà béantes, et jamais réellement cicatrisés. blue a le sentiment qu'elle ne pourra plus jamais bien fonctionner, qu'elle n'est plus qu'une machine cassée que le monde peut se contenter de jeter, de broyer, d'oublier. elle n'a jamais autant souffert. autant haï. autant aimer. toutes ces émotions qui se déchaînent en elle, telles des tornades intemporelles arrachant tout sur leur passage frénétique et tragique.
pourtant, blue n'avait jamais haï personne avant ce jour.
elle ne faisait pas de vague, elle était cet océan calme et apaisé, celui que l'on aimait regarder, que l'on jalousait même. celle qui ne s'abandonnait jamais à sa rage ou à ses larmes. celle qui était si forte dans sa douceur. avant qu'elle ne réalise que tout ça, n'était qu'un leurre.
elle était comme tout les autres. elle aussi, elle incarnait la violence humaine. la bestialité animale. un mélange de fureur et de rage insoutenables. elle qui n'y avait jamais véritablement goûté, ne savait pas comment les contrôler. elle avait toutes ces images qui claquaient dans sa tête, ces images de sang et de violence. ces images qu'elle appréciait presque. ces images qui n'étaient pas des mirages, mais des réalités. la réalité de ce qu'elle ressentait. et au coeur de ce torrent de son sensation, son visage.
celui de sa mère.
ou du moins de celle qu'elle pensait être sa mère.
ce visage doux et délicat, ce visage l'ayant contemplé avec amour, l'ayant réconforté quand tout était trop noir pour son coeur bleu, l'ayant si chaleureusement aimé. et l'aimant toujours ainsi à cet instant.
l'objet de sa haine tente de s'approcher, de la maîtriser, comme elle l'avait toujours fait. mais cette nouvelle blue brûlant en elle, cette blue plus tenace, plus vivace, plus intense. cette blue qui a soudainement décidé de ne plus être une poupée. de ne plus être l'enfant volée. cette blue qui a découvert qu'elle avait de véritables parents, dans un autre coin de la terre. des parents qui devaient l'attendre depuis des années. qui devaient pleurer chaque mois de mai comme une malédiction de laquelle ils ne s'éveilleraient jamais. mauvais rêve latent et permanent, dans leurs coeurs confus. des parents qui n'étaient plus de ce monde à présent.
mort dans un accident de voiture.
un accident de vie.
encore un.
à croire que la vie ne leur avait pas déjà assez pris.
pour elle, ils sont morts de tristesse. de douleur. de solitude.
et elle s'en veut, et elle lui en veut, à ce monstre. elle s'en veut d'avoir aimé un monstre, si détestable, si maléfique, si haïssable. cette femme. celle qu'elle voudrait n'avoir jamais connue. celle qu'elle repousse de toutes ses forces minces, en des larmes qu'elle ne comprend pas.
pourquoi pleure t-elle ? pour elle ? pour ce qu'elle est devenue ? ou pour la révélation de ce qu'elle a toujours été, dans le fond, sans jamais le réaliser ?
et d'une voix étouffée, plus forte, plus violente, plus sûre, elle répète cette phrase qu'elle espère blessante, plus violente qu'aucune autre. elle ne mérite pas la vie, elle ne mérite pas son amour, elle ne mérite pas d'être quand eux ne sont plus.
" you're dead to me."
blue voit quelque chose se fissurer dans le regard de celle qu'elle aima autrefois. la blue d'avant, l'aurait pris dans ses bras et l'aurait réconforté. elle lui aurait promis que tout irait bien et que tout irait toujours bien. qu'il fallait se laisser guider par la vie et apprécier le voyage. mais, la blue d'aujourd'hui ne croyait plus en ces vérités passés. ce qui autrefois semblait posséder du sens, n'en détenait plus à présent.
elle n'avait plus de sens, et cette femme face à elle aussi.
seule sa douleur carmin semblait posséder un soupçon de signification.
mais son monde, n'était qu'une caverne de laquelle blue venait de s'échapper. elle voyait enfin la lumière, le soleil, la terre. la réalité.
et quant bien cette vague réalité soit douloureuse, elle ne voulait plus s'en séparer.
elle la repousse plus sauvagement, plus brutalement, plus inhumainement. elle dit adieu à son passé. percevant à peine la voix brouillée de larmes de celle qui lui mentit toujours.
" mon amour, je t'aime. tu ne peux pas me laisser, me quitter, je ne peux pas vivre sans toi. tu es ma fille, tu l'a toujours été. rien n'a changé. je t'en supplie, ne me quitte pas. "
elle a tord. tout a changé. rien ne sera plus jamais pareil. son existence, et elle-même. tous ces mensonges qui s'échappent de ses lèvres, même après l'explosion de la vérité, la révulsent à un point qu'elle ne peut pas même décrire. cette femme qui la supplie, se met à genoux, pleure, se lamente. sur son sort à elle. pas sur celui de ceux qu'elle a tué. pas sur celui de sa fille qui a découvert bien trop tard la réalité sur ses origines et sur elle-même. cette femme qui tente de se justifier, de s'humaniser.
mais, elle n'est qu'un monstre.
c'est tout ce qu'elle est, et tout ce qu'elle fut toujours, aux yeux d'une blue bouleversée.
" tes parents, ils étaient pire que moi. surtout ta mère. elle était infirmière. elle n'a pas su sauver mon bébé. je l'ai perdu. elle te ressemblait tellement, avec son grand regard bleu et sa douceur. alors quand je t'ai vu, j'ai su que tu étais à moi. cette femme ne te méritait pas. je n'ai fais que reprendre ce qui m'appartenait. "
plus méprisable encore qu'elle ne l'était. pathétique, despotique, malheureuse créature. que dieu ait pitié de toi, se murmure blue. elle ne comprend plus comment elle est parvenue à l'aimer, comment elle n'a jamais vu ce qui brillait en elle, dans son putain de regard. la vérité éhonté et douloureuse. une vérité qui remet tout en cause.
alors, cette fois-ci, elle est prête à couper l'ultime lien qui demeure avec elle. elle est prête à avancer, à vivre une véritable vie. sans elle. sans mensonge. sans douleur.
elle s'avance vers elle, et lui murmure au creux de l'oreille, rompant l'espoir de sa mère chimère éclatant sur son visage inondé de larmes:
" you're dead to me."
ultime douleur, ultime cruauté. blue la gifle de toutes ses forces, de toute sa hargne. elle qui n'avait jamais levé la main sur quiconque avant.
et tourne les talons.
sans un regard en arrière.
sans un soupçon d'attention pour ses hurlements de désespoir, pour ses menaces de travers.

enfin,
blue est libre.



_________________

maybe we feel empty because we leave pieces of ourselves,
in everything we used to love. - ☾


Dernière édition par Blue Lehane le Dim 27 Nov - 15:23, édité 1 fois
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 41
¦ pseudo : wandering.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 0:48

bienvenue parmi nous avec ce sublime choix de vava j'aime beaucoup ta fichette

_________________
stop falling in love, stupid heart.
where did i go wrong, i lost a friend, somewhere along in the bitterness, and i would have stayed up with you all night, had i've known how to save a life. let him know that you know best, 'cause after all you do know best, try to slip past his dfence, without granting innocence. @marclévy ≈ vous revoir©️ alaska.  

avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 21/11/2016
¦ baisers envoyés : 60
¦ pseudo : ɞ fly.away.
¦ multiface : ɞ not yet but maybe later ?

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 7:21

Astrid la magnifique Loves Bienvenue parmi nous !

_________________
and now we are alive
J'aurai voulu toucher les murs de ta demeure à l'odeur de sel, voir de tes fenêtres les matins qui se lèvent sur des horizons que je ne connais pas, mais dont je sais qu'ils sont les tiens. Tu as réussi l'impossible, tu as changé une part de moi. › ©️ alaska.  

avatar

such a smiling sweetheart
¦ arrivé(e) le : 19/11/2016
¦ baisers envoyés : 100
¦ pseudo : LovelyKat.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 10:28

t'es toute douce
j'aime beaucoup **
bienvenue
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 125
¦ pseudo : l'affamée

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 11:07

Bienvenue parmi nous

Si tu as la moindre question, n'hésite pas

J'ai hâte d'en savoir un peu plus sur Blue

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 11:16

Bienvenue ma belle

_________________
I'm the ghost in the back of your head
avatar

Real people help others around them
¦ arrivé(e) le : 20/11/2016
¦ baisers envoyés : 66
¦ pseudo : Rory.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 13:22

Je suis totalement in love d'Astrid, elle est tellement magnifique j'espère qu'on pourra se trouver un petit lien. en tout cas bienvenue sur oiam, je suis contente qu'on ait des petits points de perfection en plus si tu as des questions n'hésite pas à nous contacter I love you

_________________

The only way to deal with an unfree world is to become so absolutely free that your very existence is an act of rebellion.
avatar

flower made of iron
¦ arrivé(e) le : 23/07/2016
¦ baisers envoyés : 1184
¦ pseudo : witm (Elena)

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 17:56

j'vais me répéter, mais astrid c'est une déesse et ta plume est juste splendide, j'adore ! j'veux la suite maintenant
bienvenue officiellement parmi nous ma belle

_________________
+MAKES ME FEEL ALIVE+
Lately I've been, I've been losing sleep dreaming about the things that we could be. But, baby I've been, I've been praying hard said no more counting dollars, we'll be counting stars.
avatar

keep on dreaming
¦ arrivé(e) le : 18/11/2016
¦ baisers envoyés : 170
¦ pseudo : spf

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 19:29

oh. cet accueil de folie, vous êtes des anges Loves

neala merci infiniment je suis sous le charme de ton pseudo au passage

leonie ninaaa merciii

trevor ton personnage est hypnotisant il nous faudra un lien, obligé merci à toi du coup

priam mercii tellement mignon ton priam promis à la moindre question j'envahis vos boîtes mp

druella KAYA my love merci beaucouuup

camelia vouui un lien je te garde une place bien au chaud merciiii pour cet accueil

madison tout ces compliments, mercii je me répète aussi du coup, mais LILY COLLINS quoi et pour le lien encore une fois, y a moyen qu'on se trouve un truc bien sympa, j'y réfléchis déjà

tout ce love, je vous nem déjà

_________________

maybe we feel empty because we leave pieces of ourselves,
in everything we used to love. - ☾
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 41
¦ pseudo : wandering.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 21:16

Bienvenue :)

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Ven 25 Nov - 22:14

bryden + ce pseudo mercii en tout cas

_________________

maybe we feel empty because we leave pieces of ourselves,
in everything we used to love. - ☾
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 41
¦ pseudo : wandering.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Sam 26 Nov - 13:52

bienvenue parmi nous! I love you
si tu as des questions n'hésite pas!

_________________
avatar

the royalty of calgary
¦ arrivé(e) le : 26/06/2016
¦ baisers envoyés : 1190
¦ pseudo : Goldblast (Lou)
¦ multiface : none.

Voir le profil de l'utilisateur http://oneinamillion.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Sam 26 Nov - 18:51

Bienvenue à toi
Bonne chance pour la suite de ta fiche qui débute déjà bien

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Sam 26 Nov - 20:56

merciiii à vous deux !

_________________

maybe we feel empty because we leave pieces of ourselves,
in everything we used to love. - ☾
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 41
¦ pseudo : wandering.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Dim 27 Nov - 15:11

bienvenue I love you

_________________
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 21/11/2016
¦ baisers envoyés : 40
¦ pseudo : manon

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Dim 27 Nov - 15:23

merci toi

_________________

maybe we feel empty because we leave pieces of ourselves,
in everything we used to love. - ☾
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 41
¦ pseudo : wandering.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Dim 27 Nov - 15:57

On attend l'avis de Tate

(PS: ton style d'écriture )

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Dim 27 Nov - 16:05

ça vaaa, j'ai hâte d'être validée
(moh merci t'es un ange )

_________________

maybe we feel empty because we leave pieces of ourselves,
in everything we used to love. - ☾
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 41
¦ pseudo : wandering.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Dim 27 Nov - 20:07

Bon du coup je te valide, bon jeu parmi nous, bella

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)
Dim 27 Nov - 20:51

merciiiii j'adore ma nouvelle couleur

_________________

maybe we feel empty because we leave pieces of ourselves,
in everything we used to love. - ☾
avatar

i'm a calgary lover
¦ arrivé(e) le : 24/11/2016
¦ baisers envoyés : 41
¦ pseudo : wandering.

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: "you're dead to me." (blue)


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

"you're dead to me." (blue)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Blue max
» 03. Pink or blue, there the moment to know

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
one in a million :: THE STORY OF EVERYTHING :: let's talk about it :: our paradise-